EVANS (W.)


EVANS (W.)
EVANS (W.)

EVANS WALKER (1903-1975)

L’œuvre photographique de Walker Evans occupe une position marginale par rapport aux tendances artistiques en vigueur dans les années 1920-1930. En rupture avec le formalisme d’Alfred Stieglitz, l’esthétisme de Paul Strand ou la tournure commerciale que Edward Steichen donnait à son travail, il inaugure ce qu’il appellera lui-même le «style» documentaire: l’image dépouillée, économique, frontale, par ailleurs parfaitement composée et détaillée par la lumière, confine le photographe dans le rôle de simple observateur.

Walker Evans est né à Saint Louis, dans le Missouri, et fut élevé à Kenilworth, dans l’Illinois. Après avoir fréquenté plusieurs écoles, dont la Phillips Academy ou le Williams College, convaincu de ses dons de peintre et d’écrivain, il se rend à Paris en 1925 pour y étudier la littérature; c’est à la Sorbonne qu’il découvre notamment les écrits de Baudelaire, dont il adopte le point de vue sur la mission de l’artiste. Deux ans plus tard, il renonce à ses premières ambitions et, de retour à New York, il se consacre entièrement à la photographie. Ses premiers clichés illustreront entre autres The Bridge , une édition de S. Crane qui fut l’un des créateurs de la nouvelle contemporaine. Soumis à une grande rigueur, vides d’émotion, ils constituent l’expression subjective d’un véritable «art de la rue». Tous les artifices et stéréotypes d’une société industrielle en pleine expansion accrochent son objectif: panneaux d’affichage, vitrines, enseignes, constructions métalliques, fils électriques; pour la première fois, la ville est captée dans ce qu’elle a de plus commun, de plus éphémère, de plus quotidien. Ce style novateur fera plus tard de nombreux adeptes: la notion d’image dans l’image, pressentie dans l’œuvre de W. Evans (nombreuses photographies de panneaux publicitaires, vitrines, etc.), sera notamment retenue et exploitée par toute une génération de photographes, en particulier Robert Franck.

1935 apparaît un peu comme une année charnière dans la vie et l’œuvre de W. Evans. Sur la demande de Roy E. Stryker, ex-professeur à la faculté des sciences économiques de l’université Columbia, appelé à Washington pour diriger la section historique de la Farm Security Administration (F.S.A.), il prend part, avec une dizaine de photographes dont Arthur Rothstein, Dorothea Lange et Jack Delano, à l’enquête photographique relative à la pauvreté dans les États du Sud. Brutalement confronté aux principales victimes de la Grande Dépression qui secoua les États-Unis dans les années trente, mû désormais par des préoccupations d’ordre social, il fera découvrir pour la première fois à l’Amérique et au monde entier le revers de la médaille: la misère, l’indigence, la mort. Sous forme de photos chocs qui restent sobres, W. Evans dévoile une réalité jusqu’alors inconcevable aux yeux de l’Américain moyen. Détaché de toute préoccupation misérabiliste, il évite de pénétrer le quotidien: regards défiants, visages durcis, petits cadavres, tombes, lieux réduits à de simples décors sans mise en scène apparaissent comme autant d’indices suggestifs et lourds de sens, laissant au spectateur le soin de construire mentalement les actes du drame social qu’il devine. L’esthétique du «cadre dans le cadre» (réalité vue au travers d’un chambranle de porte ou de fenêtre, par exemple), joue ici pleinement son rôle de cache, de censeur, comme si W. Evans, conscient et coupable dans sa position de voyeur, n’autorisait le spectateur qu’à une approche discrète, pleine de réserve et de pudeur.

Un an plus tard, il prend congé de la F.S.A. pour travailler avec l’écrivain Agee à un projet du magazine Fortune , situé dans le prolongement de son enquête photographique: un reportage sur les conséquences de la crise économique dans les États du Sud. Durant six semaines, les deux hommes vont partager les conditions de vie inhumaines de trois familles de métayers de l’Alabama. Les résultats de cette expérience ne furent pas acceptés par la direction du magazine, mais ils furent rassemblés et publiés en un livre: Let Us Now Praise Famous Men , en 1941. Cet ouvrage, plaidoyer lyrique et déchirant en faveur de ces paysans, ébranla l’opinion mondiale. Il constitue, avec les photographies de W. Evans prises pour la F.S.A., l’essentiel de son œuvre.

En 1938, Walker Evans, fidèle à ses premiers sujets, retourne s’imprégner de l’ambiance des rues new-yorkaises. Il s’initie à une photographie plus spontanée, notamment dans le métro. Pour obtenir une authenticité maximale, il relègue au second plan le travail de composition et de lumière qui caractérise sa production antérieure. La même année, il organise sa première grande exposition personnelle au musée d’Art moderne de New York. Après avoir exercé la fonction de rédacteur au Time de 1943 à 1945, il collabora au magazine Fortune durant les vingt années qui suivirent, en tant que rédacteur, photographe et éditeur associé. Il consacre les dix dernières années de sa vie à l’enseignement du graphisme à l’université de Yale. Au fil de sa carrière, il reçut de nombreux prix, parmi lesquels le prix Guggenheim, en 1940, et un diplôme honoris causa du Williams College, en 1968. Ses photographies furent exposées exclusivement au musée d’Art moderne de New York et ont fait l’objet d’une publication en 1978, aux éditions Secker and Warburg, à Londres: First and Last .

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Evans — ist ein englischer Familienname, siehe Evans (Familienname) der Überrest eines Kraters auf dem Mond, siehe Evans (Mondkrater) ein Asteroid, siehe (3032) Evans Orte in den Vereinigten Staaten: Evans (Colorado) Evans (Georgia) Evans (Illinois)… …   Deutsch Wikipedia

  • Evans — is a common family name of English or Welsh origin, see Evans (surname).Evans may refer to a particular person with that family name, see the list of people named Evans.Evans may refer to a particular place, including: *Evans, Colorado in the… …   Wikipedia

  • EVANS (G.) — Gil EVANS 1912 1988 Étrange personnage que Gil Evans! Il ne lui faut pas plus de six ans pour subjuguer le monde du jazz par la beauté de ses arrangements, pour délivrer dans son entier un message qui fascine toujours musiciens et mélomanes du… …   Encyclopédie Universelle

  • Evans — Evans, Arthur John Evans, Herbert * * * (as used in expressions) Mary Ann Evans Marian Evans Evans, Bill William John Evans Evans, Dame Edith (Mary) Evans, Frederick H(enry) Evans, George Henry Evans, Maurice (Herbert) Evans, Oliver Evans, Sir… …   Enciclopedia Universal

  • Evans — Evans, CO U.S. city in Colorado Population (2000): 9514 Housing Units (2000): 3404 Land area (2000): 3.821019 sq. miles (9.896394 sq. km) Water area (2000): 0.000327 sq. miles (0.000848 sq. km) Total area (2000): 3.821346 sq. miles (9.897242 sq.… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • EVANS (A. J.) — EVANS sir ARTHUR JOHN (1851 1941) Fils d’un célèbre archéologue anglais et archéologue lui même, Arthur John Evans se consacre d’abord à des recherches archéologiques en Laponie et dans les Balkans. Expulsé par les Autrichiens, en 1882, à cause… …   Encyclopédie Universelle

  • EVANS (B.) — EVANS BILL (1929 1980) Petit maître pour certains, tandis que d’autres ont vu en lui le jazzman le plus important depuis Charlie Parker, Bill Evans est à coup sûr l’un des hommes qui ont le plus profondément marqué le jazz des années soixante. Si …   Encyclopédie Universelle

  • Evans —   [ evənz],    1) Sir (seit 1911) Arthur John, britischer Archäologe, * Nash Mills (bei London) 8. 7. 1851, ✝ Oxford 11. 7. 1941; Professor in Oxford. Er begann seine Forschungen 1893 auf Kreta. Seine auf eigene Kosten seit 1900 unternommenen… …   Universal-Lexikon

  • Evans, CO — U.S. city in Colorado Population (2000): 9514 Housing Units (2000): 3404 Land area (2000): 3.821019 sq. miles (9.896394 sq. km) Water area (2000): 0.000327 sq. miles (0.000848 sq. km) Total area (2000): 3.821346 sq. miles (9.897242 sq. km) FIPS… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Evans, GA — U.S. Census Designated Place in Georgia Population (2000): 17727 Housing Units (2000): 6632 Land area (2000): 9.936159 sq. miles (25.734533 sq. km) Water area (2000): 0.066196 sq. miles (0.171446 sq. km) Total area (2000): 10.002355 sq. miles (25 …   StarDict's U.S. Gazetteer Places


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.